Boulevard Volt "TAIRE" et la pédophilie.

    Tellement contents, de saisir du dossier sulfureux de Dany le rouge, pour s’octroyer le privilège, d’être plus caricaturiste, que cartooning for « Peace and Love ».

 Voyez plutôt.

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/moeurs-pour-cohn-bendit-cest-la-fin-de-la-recre,32206 puisque vérité,

   Quand ils prétendent, que la révolution sexuelle  ait effectivement causé à l ‘époque, un ravage véritable, faisant tomber  toutes les barrières, qui devaient garantir à l’enfant, d’être protégé, et au corps de la femme, d’être mieux respectés ils s’érigent eux même, en temps que « bien pensant ».

    Profondément amnésiques  alors,  sur le tabou qu’était à l’époque, la pédophilie, et les violences faites aux femmes, dont les viols, ne sont qu’une partie.

    Incriminant, au passage, la psychiatrie, qui à l’époque, diabolisée, par les 68 « Arts », et niée, comme nécessaire, par l’ensemble de la société, ils oublient simplement de préciser, que si mai 68 ait existé, ça n’était comme à chaque révolution, que par réaction, comme un effet boomerang, à une intransigeance, et une rigidité des esprits, dont la morale chrétienne, « mère de notre société », se rendait gravement coupable.

    Et oui, d’une certaine façon, ils n’ont pas tort, sur le fond, quand ils prétendent  que le fait d’avoir fait tomber ces barrières, fût une grave erreur, toutes les « Valeurs »  se voyaient  d’un seul coup, réduites, au statut de boites de conserves vides,  sur une planche vermoulue, et attaquée de toutes part, par des boules faites de chaussettes reprisées, dans un stand de chamboule tout, dans une fête de village….

    Aujourd’hui, il semble bien facile alors, de s’ériger, en temps que moralisateur, fustigeant, la moindre personne, qui ait le courage, de faire de politique véritablement, quand d’autres restent bien planqués, derrière leur écran d’ordinateur, la plume affutée, et trempée, dans les Valeurs Traditionnelles, fustigées à l’époque, alors, que la pédophilie, justement, ainsi que le viol, et les violences faites aux femmes, restaient planquées  gentiment, dans le fond des tiroirs des armoires normandes et des planquées sous les tapis, devant les hôtels, des Eglises, et des Cathédrailes.

    Et visiblement, il semble bien que ce soit d’être terminé encore, selon les derniers échos, au sujet de Barbarin.

     Je sais, de quoi, je parle ? Figurez vous !

 Ce qui m’est arrivé, à moi, c’était dans les années 70… Et rien à voir avec les curés, je le rappelle.

   Et quand il y a une quinzaine d’années, je racontais ça à une psy, et lui expliquant que j’avais choisi de ne rien dire à mes parents,  elle m’avait expliqué, que si j’avais choisi de leur confier mon secret, les seules répercussions positives eûrent été entre nous trois, mais que portant plainte, à la gendarmerie, ça n’aurait, rien donné, mieux, ils auraient refusé de la prendre.

    Je dis bien, CA N’AURAIT RIEN DONNE….

 Est-ce que les prêtres pédophiles, sont apparus, ces dernières décennies uniquement ?

    Certes non, comme chacun sait… Combien d’âmes ont été ainsi détruites, et assassinées, parce que sous couverts de religion, comme c’est encore le cas, partout quasiment dans le monde, la hiérarchie religieuse, couvre ses pédophiles ?

   Quand à la description qui  est faite des ébats à l’époque, opposant les  des élites, à la pédophile « socialement défavorisée », qui seule aurait été coupables, je la trouve mensongère, et indigne d’un vrai travail journalistique.

    Que aux juges, en dehors de quelques uns, qui auraient été complices, effectivement, depuis 40 ans, ils n’ont été coupables, que de ne pas avoir reçues les formations nécessaires  en psychologie, et criminologie sexuelle, fait qui n’étaient que la conséquence du fait, que ces crimes d’une extrême gravité, étaient des problèmes largement sous estimé, à l’époque, par la société toute entière.

    Aujourd’hui, nous sommes en 2016… Et si il y a quelques années, 3 femmes sur 10 portaient plainte, après un viol, aujourd’hui, nous en sommes, à 5 sur 10, et encore…

    Par définition, un viol, ou un acte de pédophilie, ne peut entrer dans les statistiques, que s’il est répertorié, ou qu’une plainte ait été déposée,  et pas quand on a décidé, de ne le dire à personne, comme moi, j’avais choisi de le faire.

   Ce qui en résulte réside dans le fait, que les fervents admirateurs  des traditions, à plus forte raison, quand elles sont chrétiennes, sont bien loin d’être en mesure, de ramener leurs science, que ce soit sur les violences faites aux femmes, le viol, ou sur la pédophilie, y compris, de façon rétroactive.

 

 

lutte contre la corruption transparence violences faites aux femmes. viol pédophilie Humanisme

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !